Une vie de papillon (2)

Texte de Julia Rinaldino

samedi 11 avril 2009, par Hugo Musella

Toutes les versions de cet article :

  • [français]
Le personnage de théâtre naît sur scène à l’entrée de l’acteur qui le porte. Il meurt avec l’écho du dernier applaudissement. Ainsi, représentation après représentation, l’acteur fait l’expérience d’une naissance et celle d’une mort à venir. Vie et mort du personnage de théâtre.

(A terre, allongé au sol. Se réveille et étire chaque membre de son corps. Il observe, étonné et passionné, le décor autour de lui)

Où suis-je ? Arbres, nuages, ours en peluches, statues...

(Il coure, virevolte de chaque coté de la scène, émerveillé en découvrant de nouveaux éléments du décor.)

Tourterelle, Joconde... soutien gorge, chocolat, chaussette, rouge, vert, bleu... ma mère attend... (Rire) " Oh Roméo pourquoi es- tu Roméo ?" Noir blanc

gris (rire)... "Lessive superplus », miracle... (Fredonne un air de musique) Arrête !... boucle... frise (rire) (Des sons brusques saccadent les mots. On entend son prénom. Il s’affole, la lumière commence à "griller") Jules, endive... (Arrive de moins en moins à parler) J’ai- lit- sommeil ! Ne- veux- pas

stylo- réveil- cuillère (les bruits s’accélèrent). Tout se mélange : brouhaha complet. Une force le pousse à se recoucher comme si l’on rembobinait le réveil.

Soudain, un bâillement, une lumière très claire et aveuglante, un bruit de vent

- noir.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette