SOUS LA FORET DES FEES

pièce de théâtre lyrique et ensorcelée

lundi 5 février 2007, par Hugo Musella

Toutes les versions de cet article :

  • [français]

Introduction :

La forêt est un organisme vivant composé d’une multitude d’espèces animales et végétales. Chaque vie qui la compose éclot, grandi, décroît et meurt. Chaque feuille, chaque racine, chaque plume apparaît et disparaît quand son heure est venue. La forêt des fées n’échappe pas à cette règle. C’est une œuvre à travers laquelle voyagent des contes et des chansons, des poèmes, des récits, des pièces de théâtre longues ou courtes. Chaque œuvre est une feuille, une plume, une racine. Chaque œuvre participe à la croissance de la forêt, à son évolution. La pièce présente sur ce site est une étape dans la vie de la forêt. D’autres écrits, d’autres personnages viendront la faire grandir encore.


Résumé :

Une femme qui la nuit devient louve décide d’épouser la lune. Un elfe psychopompe rentré bredouille sent la mort qui le traque Un chevalier qui en impose croit toucher à sa part de magie. Un rêveur amoureux se lasse de son cauchemar. Et toutes ces fées surexcitées mais qui n’existent pas…

Extrait :

Il y en a des dessinées, des désirées, des fantasmées, des rêvées des imaginées, des chantonnées et des toniques, des magiques, mythologiques, des organiques, ou mécaniques, des virtuelles, surnaturelles, des en flanelle, des fanées, des très fruitées, aux ailes en pierre, certaines en verre, d’autres en argile, des cristallines, une rouge, des clochettes, des sans arrêtes, des à lunettes, des lunatiques, des lyriques, des sylphides, des hybrides, des comestibles, des impossibles, des laitières, des solitaires, des timides, des humides, des bigotes, des biscottes, hippies stressées, des biens gaulées, déracinées, de pure souche, des gratinées, des oubliées, des pouponnées, pillywiggins, épanouies, des bigleuses, des radieuses, radioactives et des vivianes, des valentines, des nougatines, des margotines, des mélusines, des muses aussi… Sauf que les fées n’existent pas.

PDF - 179.5 ko
sous la forêt des fées
texte intégral

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette